Recherche rapide (aide ?)

Association Pulsatille

!!! Le Programme 2017 est en ligne !!!
Découvrez les stages et séjours de botanique que j'encadre sur pulsatille.com

Pulsatille sur FaceBook

Suivez l'actualité de l'association Pulsatille


Les pays du Buëch

Dans les Hautes-Alpes, entre Haute-montagne et Provence

Les Pays du Buëch , une région à la croisée des chemins où l’air vivifiant des Alpes se parfume de lavande…

Le Vallon des Aiguilles dans le Dévoluy
Sommet de Bonnet rouge
La Vallée de la Chauranne au nord-ouest du Buëch
Lever de soleil sur le Buëch depuis le Pic de Bure
Entre haute-montagne et Provence, à cheval entre les Hautes-Alpes et la Drôme, frontalier avec des massifs prestigieux comme les Baronnies, le Vercors, le Dévoluy, le Diois ou le Trièves, c’est un pays peu connu, riche en contrastes et en diversité. C'est là que je vis depuis plusieurs années et j'en suis pleinement satisfait.

Le climat : sec et ensoleillé, d’influence méditerranéenne. Accéder à la méteo

Le relief : entre 500 et 2700 mètres d’altitude, des grandes plaines arboricoles, des crêtes à perte de vue, des falaises majestueuses et des hauts sommets. Ici le mot relief prend tout son sens !

Une nature : omniprésente, sauvage et extraordinairement variée. Un paradis pour les naturalistes en herbe ou chevronnés.

De très nombreux villages : maisons en pierres, toits de vieilles tuiles, petites places sous les platanes, marchés aux saveurs : ça sent déjà la Provence...

L’accès : par la route à 100 km de Grenoble et 180 km de Marseille, le Buëch est également très bien desservi par le réseau ferroviaire.


Des trésors pour qui sait les voir

Paysage alpin dans le Nord du Buëch
Paysage agricole très "biologique"
Il est des paysages dont la beauté saute aux yeux de façon évidente et incontestable mais qui, de clichés en images d’Epinal, perdent peu à peu de leur charme originel. Il en est d’autres, plus subtils qui font appel aux qualités propres du visiteur, sa sensibilité, sa curiosité et sa capacité à regarder avec émerveillement. Les paysages du Buëch font partie de ceux là . Ceux qui s’embellissent sans cesse au fur et mesure qu’on les découvre. Ici il faut savoir prendre son temps pour ne pas passer à coté des trésors cachés. Il faut savoir regarder avec les yeux de Jean Giono et mettre tous ses sens en éveil pour apprécier cette région à sa juste valeur.


« Comme les hommes, les pays ont une noblesse qu’on ne peut connaître que par l’approche et par la fréquentation amicale. Et il n’y a pas de plus puissant outil d’approche et de fréquentation que la marche à pied. (…) Le procédé de la marche à pied, c’est de se transformer soi-même en loupe ou en télescope. »

J. Giono ; Extrait d’une chronique donnée le 15 octobre 1967 au Dauphiné Libéré, intitulée « la marche à pied ».

Une région singulière

Serres, un village typique du sud de la France
Le pic de Bure, entre Buëch et Dévoluy
Le Buëch constitue un ensemble original, difficile à classer, à mi-chemin entre la Provence et les Alpes. Zone charnière pour les climatologues et les géologues, pays de contrastes, riche en diversité, pour les botanistes et les spécialistes de la faune. Si cette position de transition entre deux zones très réputées, Alpes et Provence, a pu nuire à une époque au tourisme, elle est aujourd’hui mise en valeur car elle apporte à la région son caractère si particulier.

Ce que remarquera d’abord le visiteur c’est le climat. Une fois passée la limite climatique du Col de Lus-la-Croix-Haute, l’influence est incontestablement méditerranéenne, avec un taux d’humidité et d’ensoleillement qui rivalise avec la Côte d’Azur. La région est également soumise aux vents, généralement de secteur nord, appelé « bise ». C’est en quelque sorte un affluent du mistral qui nettoie le ciel pour lui donner sa belle couleur bleu azur.

Le relief marqué vient contraster ce climat en apportant de la fraîcheur et de la neige en hiver. Les versants sud (adret) et nord (ubac) sont très différents, on y trouve une flore et faune spécifique à chaque secteur. La grande amplitude d’altitude crée des zones particulières appelées « étages de végétation ». Ces différents facteurs contribuent à multiplier les milieux naturels et accroître ainsi la biodiversité.

Une autre caractéristique majeure de la région est l’espace. Il suffit de monter sur une crête pour se rendre compte, qu’à perte de vue, la nature prédomine. Devant cette immensité apaisante c’est un sentiment d’humilité et de réconfort qui nous vient.

Pour l’observateur attentif, les traces d’activité humaine sont visibles quasiment partout mais elles restent discrètes, comme si les Hommes cherchaient ici à composer avec la nature plutôt que l’asservir. Avec environ cinq habitants au kilomètre carré et des exploitations agricoles de petite taille, la région compte parmi les plus préservées de France.

Galerie : Galerie photos des Pays du Buëch

Vous trouverez ci-dessous une petite galerie contenant des photos représentant la diversité des Pays du Buëch.
Cliquez sur les photos affichées ci-dessous pour les agrandir... (57 photos)